Pourquoi ce site ?

Retrouver le plaisir de conduire et partager de l'expérience, voilà les raisons d'exister du site myjeeprenegade.ch

Recall R74 – UPDATE

FCA rappelle certaines Jeep Renegade pour faire effectuer toute une série de mises à jour de logiciels

Importation

Acheter une voiture à l'étranger, est-ce facile ? Quelques réponses dans le dossier Importation directe.

Off-road 2016 – 4×4

Alsace, Catalogne, Valais et Lorraine

2016 touche à sa fin et c’est avec enthousiasme que je fais le point sur mes sorties de l’année.

L’histoire a débuté par mon adhésion au French Pirate Jeep Club et ma participation à Jeeper Valley III. Par la suite, j’ai rejoint des jeepers de toute l’Europe, à Bassella, Espagne, pour célébrer le 75e anniversaire de la marque Jeep, en compagnie du Jeep Owners Group. Puis, en septembre, ce fut mon tour de découvrir le Jeep-Heep-Heep à Crans-Montana, inoubliable.

Alsace-Lorraine 2016 – ambiance, off-road, chasse et barbecue – quel bonheur !

Pour finir l’année en beauté, retour au French Pirate Jeep Club et à sa sortie mythique « Alsace-Lorraine », se déroulant en zone de chasse. Trois jours absolument extraordinaires, de jour comme de nuit, accompagnés de tartes flambées, de steaks de sanglier et d’autres grillades sur le barbecue.

Voilà la vidéo de l’événement :

Remerciements

Je tiens ici à remercier chaleureusement Pimi, Andrė et tous les chasseurs et bénévoles. Merci aussi à l’ensemble des participants. L’enthousiasme et l’entraide étaient au rendez-vous. Que demande le peuple ?

Peut-être la possibilité de revenir l’année prochaine 😉

Jeep-Heep-Heep 2016 – Jeep Renegade

Rendez-vous incontournable pour tous les jeepeurs et passionnés des Jeeps

Le Jeep-Heep-Heep 2016 a rassemblé samedi dernier, à Crans-Montana, en Suisse, dans la fête et la joie 350 Jeeps, des plus anciennes aux plus récentes. Au menu ce fût jeeping, terrains techniques et fête.

J’ai vécu cette 20e édition avec émerveillement et grand plaisir. Les itinéraires, les épreuves, l’ambiance, l’organisation, tout était parfait.

Dimanche, ce sont 260 Jeeps qui ont participé à la parade et à la mythique montée du canyon.

En attendant une vidéo plus personnelle, voici déjà mon film de la « Baby Jeep » en action.

Ok, ok, elle n’est pas arrivée jusque tout en haut. Mais c’est déjà impressionnant de voir ce qu’un véhicule de ce type peut réaliser. Reste plus qu’à prendre son courage à deux mains et suivre l’exemple avec la rouge l’année prochaine…

Remerciements

Je souhaite aussi utiliser cette occasion pour remercier chaleureusement Daniel Frey, Directeur du Garage Victoria à Genève, qui nous a guidé et soutenu tout au long de ce week-end.

French Pirate Jeep Club – Jeeper Valley III

Comme une image vaut mille mots, et qu’une vidéo en vaut d’autant plus, je vous laisse immédiatement apprécier notre sortie Jeep dans la vallée de la Zorn.

Regroupement Jeep

Après m’être baladé sur tous types de chemins, j’ai souhaité rejoindre un groupe de mordus de 4×4, pour sortir des sentiers battus et partager de bons moments. J’ai rapidement dû constater qu’il n’était pas facile de trouver une équipe qui propose des activités proches de chez moi. En Suisse, la circulation hors route est interdite. Seuls les services forestiers, les chasseurs et quelques autres professionnels sont autorisés à emprunter les chemins et les pistes.

Dans ce contexte restrictif, les regroupements de 4x4teux se font discrets. Il y a bien quelques événements organisés en Suisse, je pense particulièrement au Jeep-Heep-Heep qui a lieu chaque année à Crans-Montana, et à l’Aventure 4X4 organisée chaque automne sur la place d’Armes de Bure, mais peu de sorties régulières officielles pour parfaire sa technique.

French Pirate Jeep Club

Je me suis donc naturellement tourné vers la France, ce qui m’a conduit à adhérer au French Pirate Jeep Club. Ce club, présidé par Pierre-Michel Ott, propose chaque année, en toute légalité, plusieurs sorties entre « potes » et organise, 1 fois l’an, un grand événement.

Pour information, Pierre-Michel Ott est l’auteur du livre « Planète Jeep ».

Le French Pirate Jeep Club a organisé cette année Jeeper Valley III. J’y ai participé du 14 au 16 mai 2016. L’aventure débuta par la visite commentée et guidée de la ville de Strasbourg, puis se poursuit par la visite d’une des plus grandes concessions européenne de Harley-Davidson. Ensuite, le groupe exposa ses véhicules en faveur d’une association d’handicapés.

Puis vint le moment de rejoindre le centre tout-terrain de Steinbourg, qui s’étend sur plus de 20 hectares.

Solidarité et assistance

J’ai trouvé au French Pirate Jeep Club des Jeepers très accueillants, ainsi qu’un président rassembleur et bien organisé. Lors de ces trois jours, j’ai vécu la convivialité, le partage, la bonne humeur et l’entraide. Merci à tous pour ce magnifique week-end, merci aussi à tous les bénévoles !

Jeeper Valley III

Voilà la video complète avec les images de la visite de la ville de Strasbourg et de la concession Harley-Davidson.

Adhésion au club

Celles et ceux qui souhaiteraient participer à une des prochaines sorties du club peuvent obtenir de plus amples informations en laissant un commentaire ci-dessous.

Update logiciel Rappel R74

Obtenir des informations fiables au sujet des mises à jour reste bien compliqué en Europe

Fiat Chrysler Automobiles (FCA) rappelle à compter du 8 avril 2016 une série de Jeep Renegade pour révision. Ce rappel, intitulé Recall R74 selon la description succincte disponible à ce stade, semble consister en une série de mises à jour de logiciels (module software updates).

Mon véhicule est concerné par cette opération. J’ai donc pris contact avec mon point de service agréé qui m’a proposé un rendez-vous début mai. Événement à suivre.

Si comme moi vous souhaitez contrôler l’existence de rappels pour votre véhicule, utilisez le site recalls.mopar.com.

Dommage que Jeep ne communique pas plus de détails sur ses sites, en particulier en Europe.

EDIT : cela fait maintenant plus de deux semaines que cette mise à jour a été effectuée sur mon véhicule. Au début, j’ai eu l’impression que le point de passage des vitesses avait changé. Avec le recul, je pense que certains paramètres système ont juste été écrasés et que, par la suite, ils se sont réadaptés à mon style de conduite. Finalement, je ne constate pas de changement particulier. Eventuellement une légère baisse de la consommation, difficile à confirmer toutefois.

Jeep Renegade Trailhawk – Bilan

Achat

C’est avec grand plaisir que je suis allé récupérer mon véhicule début juin en concession. Je l’ai maintenant depuis 5 mois et je vous livre le verdict sans attendre : vraiment très content.

Commandée le 7 mars 2015, à l’occasion du 85e salon international de l’automobile de Genève, j’ai reçu ma Jeep Renegade Trailhawk 13 semaines plus tard, comme convenu contractuellement.

D’après les informations que j’ai glanées ici et là, le véhicule aurait été produit le 29 avril 2015. Puis il serait arrivé chez mon concessionnaire aux alentours du 22 mai 2015, pour une immatriculation le 29 mai 2015. J’en ai pris possession le 2 juin 2015.

Je me déplace principalement à vélo et à pied, aussi pour me rendre à mon travail. Ainsi, j’utilise ma Jeep Renegade Trailhawk essentiellement pour les loisirs. Pour l’instant j’ai parcouru quelques 7000 kilomètres, sur tous types de routes, de chemins et de terrains.

Extérieur

Je l’ai commandée en rouge, sur recommandation de mon épouse. Je la trouve étincelante dans cette robe, même si elle est un peu sale sur ces photos.

  • Jeep Renegade Trailhawk Off Road Photo
  • Jeep Renegade Trailhawk Off Road Roue Droite
  • Jeep Renegade Trailhawk Off Road Devers
  • Jeep Renegade Trailhawk Off Road Roue Gauche
  • Jeep Renegade Trailhawk Off Road Zoom
  • Jeep Renegade Trailhawk Off Road Photo
  • Jeep Renegade Trailhawk Off Road Roue Droite
  • Jeep Renegade Trailhawk Off Road Devers
  • Jeep Renegade Trailhawk Off Road Roue Gauche
  • Jeep Renegade Trailhawk Off Road Zoom

Sans revêtement décoratif sur le capot (sticker de capot) ni toit contrasté noir, mais avec des pneus 215/60 montés sur jantes 17 pouces, une suspension surélevée assurant une garde au sol de 210 mm et des pare-chocs avec angles de dégagement améliorés (attaque : 30,5° ; sortie 34,3° ; ventral 25,7°), je trouve qu’elle en jette cette « petite » Jeep!

Les phares bi-xénon insérés dans la calandre noire lui confèrent un esprit baroudeur chic. La bordure grise des feux arrière assure une transition harmonieuse entre le rouge de ces feux, le noir des protections en plastique et le rouge « Colorado Red » de la carrosserie.

La galerie de toit, satinée, permet d’installer aisément des barres de toit. J’ai choisi les barres WingBar THULE, avec système de fixation Rapid System 775, pour y fixer un coffre de toit.

Comme coffre de toit, j’ai pris le toit pliant Thule Ranger 90, pratique à caser lorsqu’on ne l’utilise pas. Le montage des barres est aisé. La fixation du coffre l’est un peu moins, principalement à cause de la hauteur du véhicule. Une échelle facilite alors l’installation.

Intérieur

Ce qui frappe instantanément, en s’installant au volant, c’est l’espace à disposition dans cette « baby Jeep », que ce soit en hauteur comme en largeur.

Les places avant sont accueillantes et confortables. La position de conduite est haute. Le siège conducteur se règle électriquement en ce qui concerne le soutien des lombaires. Les autres réglages sont manuels.

L’accoudoir central avant, réglable longitudinalement, est un peu bas à mon goût. Cela provient du fait que je monte le siège pratiquement au maximum et que l’accoudoir n’est pas réglable en hauteur. Il ne suit donc pas le mouvement.

Lors de l’achat, j’ai hésité à prendre l’option sièges en cuir, mais je dois avouer que les sièges en tissu noir avec cartographie Moab et logo rouge sont très réussis. En plus, ils sont agréables au toucher et peu salissants finalement.

Moteur et transmission

D’une puissance de 170 ch, le moteur Diesel 2.0 16V MultiJet assure de généreuses reprises. Au démarrage, il est plutôt sonore. En régime de croisière, lorsqu’il est à température, il se fait rapidement oublier, aussi grâce à l’insonorisation de l’habitacle.

  • Jeep Renegade Trailhawk Off Road Camel Trophy
  • Jeep Renegade Trailhawk Off Road Eau
  • Jeep Renegade Trailhawk Off Road Camel Trophy
  • Jeep Renegade Trailhawk Off Road Eau

Niveau consommation, la fiche technique promet une valeur mixte de 5.9 litres/100 km. En utilisation courante (ville, campagne, montagne et chemins), j’arrive environ à 7.3 litres/100 km. Sur autoroute, avec le coffre de toit, je consomme 8.7 litres/100 km. Sans coffre de toit, et en faisant attention, j’utilise environ 5.3 litres/100 km. En faisant très attention, il est possible d’atteindre 5.0 litres/100 km. La consommation dépend donc énormément du type de conduite, de la route empruntée et de la vitesse. La charge, la pression des pneus et le type de carburant jouent également un rôle.

Question transmission, j’apprécie tout particulièrement la boîte automatique à neuf rapports, pour sa douceur.

Le véhicule démarre, en utilisation classique, en deuxième, mode 4×4 enclanché. Puis la transmission intégrale désaccouple automatiquement l’essieu arrière lorsque la motricité sur les 4 roues n’est plus nécessaire, réduisant ainsi la consommation, à priori.

Les rapports se succèdent pour atteindre rapidement la neuvième, ceci vers 95 km/h. Vitesse maximale annoncée : 196 km/h.

Le mode séquentiel de la boîte de vitesses autorise une conduite plus dynamique. Il permet aussi surtout de gérer manuellement le frein moteur en descente.

Pour forcer le véhicule à rester en mode tout-terrain, il suffit d’appuyer sur le bouton 4WD LOCK. Ceci désactive la fonction de déconnexion de l’arbre de transmission.

Comme alternative, on peut aussi sélectionner un des modes de traction optimisé pour la neige (snow), le sable (sand) ou la boue (mud). Le mode « rock » s’utilise lorsque la chaussée s’avère particulièrement accidentées.

L’option 4WD LOW accentue les performances tout-terrain en exploitant le premier rapport, c’est-à-dire en utilisant la démultiplication la plus importante (20-1).

Le « Brake Lock Differential » simule le blocage d’un différentiel, en freinant la roue qui tourne dans le vide et en attribuant plus de puissance à la roue opposée.

Le système d’aide à la descente contrôle d’adhérence en descente. Plus besoin de freiner dans les pentes raides, le système se chargeant de maintenir une vitesse constante. Utile sur des pentes très raides seulement.

  • Jeep Renegade Trailhawk Off Road Chemin
  • Jeep Renegade Trailhawk Off Road Sable
  • Jeep Renegade Trailhawk Off Road Avant
  • Jeep Renegade Trailhawk Off Road Chemin
  • Jeep Renegade Trailhawk Off Road Sable
  • Jeep Renegade Trailhawk Off Road Avant

Finalement, que ce soit dans la boue ou sur le sable, j’ai été vraiment agréablement surpris par les capacités hors routes de ce véhicule. J’ai pu franchir aisement des zones plutôt difficiles.

Accès au véhicule

La clé électronique « Keyless Enter-N-Go » permet d’ouvrir facilement le véhicule et de le démarrer en pressant simplement sur le bouton « Engine Start ».

Pour ouvrir une porte fermée à clé, il suffit de saisir une des poignées avant et de la tirer. Le système « Passive Entry » identifie instantanément la présence d’une clé valide à proximité et autorise l’ouverture. C’est rapide et efficace.

Le système « Sentry Key » empêche l’utilisation non autorisée du véhicule. Il contrôle que le code transmis par la clé soit valide, avant d’autoriser le démarrage du moteur.

Pour verrouiller les portes, il suffit d’appuyer sur le bouton situé sur la poignée. C’est bien, mais d’autres marques ferment automatiquement le véhicule dès que la clé quitte le périmètre du véhicule. Dommage que Jeep n’ait pas repris cette fonction, encore plus conviviale à mon avis.

Pour replier les rétroviseurs extérieurs, il faut presser sur un bouton spécifique à l’intérieur de l’habitacle. Des rétroviseurs rabattables électriquement c’est un plus, mais ça aurait été encore mieux s’ils pouvaient se replier automatiquement lors du verrouillage central du véhicule.

Phares automatiques

Un capteur à LED infrarouges mesure l’intensité lumineuse extérieure et allume les feux de croisement automatiquement si nécessaire.

Lorsqu’on active les feux de route, il n’est plus utile de revenir manuellement aux feux de croisement car le système commute automatiquement entre les feux de route et les feux de croisement. Vraiment très agréable.

Les projecteurs antibrouillard avant éclairent les intersections à chaque changement de direction. Comme si les phares étaient directionnels. Efficace.

Aides à la conduite

Le système d’avertissement de franchissement de ligne (LaneSense) intervient en cas de changement de voie involontaire. Il utilise la caméra située sur le pare-brise pour relever en continu les limites de la voie et maintenir le véhicule à l’intérieur de cette voie. Au début, le système est assez déroutant. Avec le temps, on s’habitue à cette aide plutôt utile, mais pas indispensable.

Le système de surveillance des angles morts (Blind-Spot Monitoring) assiste pendant les changements de voie et les dépassements, grâce à deux capteurs radars. Le système surveille l’angle mort des deux côtés du véhicule. S’il y a un véhicule dans l’angle mort, le système indique le risque à l’aide d’un point orange dans le rétroviseur extérieur. Si on met le clignotant, un avertissement sonore retentit en plus. Cette option est une vraie avancée pour la sécurité routière.

La caméra de recul fonctionne bien, de jour comme de nuit. Placée à l’arrière, elle permet de voir rapidement les obstacles lorsque l’on sort d’une place, en marche arrière. Elle projette sur l’image une grille dynamique permettant de visualiser sa trajectoire. Utile et sympathique.

Le système de détection de présence arrière (Rear Cross Path Detection) signale les véhicules passant derrière la Jeep lorsque l’on recule. Il ne reconnaît par contre pas les piétons.

Conclusion

Je souhaitais acquérir un véhicule compact, confortable et permettant de sortir des chemins battus. Je l’ai trouvé en cette Jeep Renegade Trailhawk. Elle offre pour moi un bon compromis entre route et franchissement.